mercredi 12 août 2020
28 avril 2020

Auvergne-Rhône-Alpes : la Région finance le Mak’air, un nouveau prototype de respirateur

Fruit d’un partenariat public-privé, ce projet porte sur la conception d’un respirateur qui sera prochainement disponible dans les services de réanimation des hôpitaux. Sa fabrication sera locale pour un coût très inférieur aux modèles actuellement sur le marché.

« Ce respirateur est le fruit d’une très belle aventure collective entre de grands groupes, des start-ups, des partenaires publics et privés, du monde médical, de la recherche, a déclaré Laurent Wauquiez, le président de la Région mercredi 22 avril lors de sa visite au CEA à Grenoble pour assister à la présentation du projet de respirateur MakAir. Ce projet très audacieux démontre notre capacité à produire en un temps record un produit stratégique dans la crise de Covid-19, celui qui permettra en effet d’activer de nouveaux lits de réanimation. Il faut également souligner qu’à long terme, ce respirateur à bas coût, sera l’un des moyens de lutter contre le Covid dans des pays qui n’ont pas les moyens de se procurer massivement des respirateurs. », a-t-il encore souligné.

À l’origine de ce prototype, le collectif Makers for Life composé de chercheurs, médecins et ingénieurs, mobilisés bénévolement avec la volonté affirmée de mettre à disposition la conception de MakAir en open source et de ne revendiquer aucune propriété intellectuelle. La partie médicale du projet a été pilotée et conduite par les CHU de Nantes et de Brest avec l’Université de Nantes.

Lors de la Commission permanente exceptionnelle du 1er avril dernier, les élus régionaux d’Auvergne-Rhône-Alpes ont affirmé leur soutien au projet en portant officiellement le statut de fabricant du respirateur expérimental auprès de l’Agence Nationale de la Sécurité du Médicament.

À Grenoble, le CEA met à disposition ses installations et ses moyens humains et refacturera à la Région les fournitures achetées pour fabriquer les respirateurs. La Région Pays de la Loire cofinancera également ses fournitures.
Enfin, la partie industrielle du projet a été implantée en région Auvergne-Rhône-Alpes avec un ensemble de PME et d’ETI, dont Diabeloop. A partir du résultat des essais cliniques, le rôle du CEA sera de sécuriser les approvisionnements en pièces détachées, lancer la fabrication dans les salles blanches et livrer 500 équipements d’ici mi-mai au plus tard.

La Région Auvergne-Rhône-Alpes cofinance ainsi le coût des matériaux pour ces 500 respirateurs, avec l’appui de Renault Sports, qui dispose de stocks de pièces et de compétences spécifiques en matière de design industriel. Le CEA estime entre 3 et 7 millions d’euros le coût des fournitures pour produire ces 500 unités.
L’objectif serait ensuite de fabriquer à plus grande échelle 1 500 à 5 000 respirateurs en fonction des besoins en France ou à l’étranger.
Ensuite, la fabrication des respirateurs en grande série sur le long terme pourrait être confiée à un ou plusieurs industriels. Le fabriquant d’électroménager SEB (dont le siège est situé dans le Rhône) est prêt à s’engager en collaboration avec Renault et d’autres industriels locaux.

Consulter l’article en lign9

Partager cet article :

About souakla

  • Email