lundi 10 décembre 2018
23 novembre 2018

Régions de France à Africités: la transition alimentaire au cœur du programme

La 8ème édition du sommet Africités, du 20 au 24 novembre 2018 à Marrakech, a placé la thématique de la transition alimentaire au cœur de son programme. Ce sommet organisé tous les 4 ans a réuni 5000 participants: des Maires, des Présidents de Région, des responsables d’administration centrale, des représentants du monde économique, financier, de la coopération en Afrique et des ONG.

Le rôle des Villes et des Régions dans la réalisation de l’agenda 2030 des Nations Unies et de la Vision 2063 de l’Afrique proposée par l’Union africaine est aujourd’hui considéré comme fondamental. Aussi, les près de 100 séances thématiques  du sommet de Marrakech avaient l’objectif de répondre aux questions majeures soulevées par ces agendas, en consacrant la place incontournable de l’Afrique locale et territoriale dans la définition et la mise en oeuvre des politiques et stratégies de développement, d’intégration et de coopération en Afrique.
Régions de France , au cœur du Forum mondial des Régions de Cités et gouvernements locaux unis (CGLU), a eu la charge d’organiser une session fondamentale intitulée: “Transition économique et sociale, le rôle des stratégies locales alimentaires”. Y ont participé l15 élus, des Maires, des Présidents et Vice-présidents de Régions de France et d’Afrique, ainsi que le ROPPA (la fédération  des organisations paysannes de l’Afrique de l’Ouest représentant plus de 100 millions de paysans).
Pour rappel, lors du dernier sommet mondial de CGLU en 2016, Régions de France a créé, avec l’appui de la Délégation pour l’action extérieure des collectivités territoriales DAECT du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, une communauté de pratiques internationale, réunissant les Régions du monde,  appelée “Gouvernance territoriale, sécurité et transition alimentaires”.

Avec Grand Est et Nouvelle-Aquitaine

Deux Régions françaises sont intervenues à Marrakech. En premier lieu la Nouvelle Aquitaine en la personne de la VP à la ruralité, vivre ensemble, citoyenneté et vie associative, Geneviève Barat.  La Région Nouvelle-Aquitaine développe un programme sur son territoire pour toute la restauration hors  domicile, visant 60% de local et 20% de bio.
Seconde Région présente, Grand Est forme un binôme avec la Région marocaine de l’Oriental. Les deux Régions ont présenté leur expérience de 25 ans de coopération sur la question du développement rural et de la valorisation de l’agriculture locale. Cette coopération a permis le montage de produits AOC, la formation des  populations à la production ou à la vente, en passant par le conditionnement, la valorisation des pratiques culinaires locales et l’éco-agro-tourisme.
Les maires de Brazzaville, de Dakar, de Kumbo (Cameroun), les villes rurales et Régions marocaines, burkinabées,  les départements sénégalais, les territoires béninois, camerounais, togolais et nigériens ainsi que la FAO Dakar sont intervenus pendant ces 3H30 intenses de discussion qui se sont déroulées en deux temps :
  • des échanges de bonne pratiques et d’expériences
  • la construction d’une alliance opérationnelle entre les collectivités africaines (CGLUA) et le ROPPA, avec l’appui du partenaire de Régions de France, RESOLIS. IPES FOOD et Olivier de Schutter, rapporteur à l’ONU sur le droit à l’alimentation,  sont intervenus pour appuyer cette démarche.

Une feuille de route pour 2019

En vue de remettre les systèmes alimentaires au cœur du développement territorial, inclusif (performance sociale), durable (performance environnementale, santé publique, emplois décents)  et pluriel (identité, culture, patrimoine), et en veillant à développer la responsabilité sociale de tous les acteurs de la chaine, les intervenants ont retenu les axes de travail suivants:
  • Promouvoir  l’agriculture familiale et paysanne, l’agriculture péri-urbaine, l’agriculture urbaine et le micro-jardinage en ville. Les Collectivités territoriales doivent s’engager à construire leur stratégies alimentaires avec les paysans;
  • Valoriser les produits des agricultures africaines sur les marchés urbains : privilégier l’achat local dans les politiques d’approvisionnement et d’achats publics, dans toutes les restaurations collectives (armée, hôpitaux, écoles…) ; créer des espaces au cœur des villes pour les marchés de produits locaux;
  • Valoriser les produits locaux et de terroir, accompagner les agriculteurs dans ces démarches de labellisation et de promotion;
  • Protéger le foncier agricole et développer des politiques de réserves foncières;
  • Développer des politiques de formation des ressources humaines des collectivités. Les politiques alimentaires sont au croisement de toutes les politiques publiques;
  • Soutenir l’éducation et la conscientisation des jeunes en matière de nutrition, sensibiliser toute la population à la nécessité d’acheter local par des campagnes de communication régionales et nationales: Manger local, c’est capital;
  • Accompagnement des jeunes ruraux, développement de formations à une agriculture innovante, à  l’agro-écologie et aux TIC;
  • Prioriser ces actions pour les femmes, porteuses de la sécurité alimentaire en Afrique;
  • Appuyer ensemble, Villes intermédiaires, Métropoles et Régions un plaidoyer international.
Les Régions du monde et le ROPPA se sont engagés à écrire une feuille de route opérationnelle et à lancer pour 2019. Une expérimentation est prévue au Burkina Faso, sous la coordination de Régions de France.
Partager cet article :

About emmanuel georges picot

  • Email

Ajouter un commentaire

Champ requis *