dimanche 19 août 2018
15 décembre 2017

Réforme de l’apprentissage: front commun pour soutenir le rôle pilote de la Région

Dans nos Régions, chambres consulaires, branches professionnelles, dirigeants de Centres de formation d’apprentis (CFA) font front commun avec les élus régionaux pour soutenir le rôle pilote de la Région en matière d’apprentissage. Derniers exemples en Normandie et en Occitanie.

Dans la concertation sur le projet de loi de réforme de la formation professionnelle et de l’apprentissage, dont la discussion est prévue au printemps 2018, les Régions sont mobilisées pour conserver leur compétence sur l’apprentissage. Celle-ci relève en effet d’une chaîne cohérente qui va de l’orientation à l’emploi et débouche sur le développement économique. Et la Région joue un rôle irremplaçable en matière de cohésion des territoires. Pour donner à l’apprentissage toute la place qu’il doit avoir dans notre pays, les Régions ont formulé leurs propositions de réformes dans une plate-forme publiée en novembre 2017.

Les Régions n’ont pas attendu 2017 pour faire de la formation des apprentis une priorité. En concertation avec l’ensemble des acteurs, elles ont toutes lancé d’ambitieux plans de développement de l’apprentissage. Ainsi en Occitanie, la présidente Carole Delga vise les 40.000 apprentis d’ici 2020 et “renforcer l’apprentissage comme une voie de formation d’excellence pour nos jeunes”.

Occitanie: l’ensemble des chambres consulaires avec la Région

Une politique régionale soutenue par l’ensemble des acteurs consulaires:

 

“Nous le disons haut et fort, la compétence apprentissage – est – et doit -, rester aux Régions. De nouvelles dispositions doivent être prises pour confier aux Régions la gestion de la collecte et de l’affectation de la taxe d’apprentissage, bien au-delà de la seule gestion des fonds libres. La compétence du Conseil régional en matière d’apprentissage est une garantie d’égalité dans l’affectation des moyens financiers ; plus que jamais l’égalité et l’équité sont essentielles aux territoires, aux entreprises et aux jeunes»

Serge Crabié, président de la Chambre Régionale des Métiers et de l’Artisanat d’Occitanie.

 

« Nous travaillons depuis de nombreuses années en concertation avec la Région afin d’adapter l’offre d’apprentissage aux besoins des entreprises de nos territoires. Grâce à ce partenariat et au pilotage assuré par le Conseil Régional, une répartition équilibrée des moyens consacrés à l’apprentissage entre les secteurs d’activités et les territoires est possible. Pour l’agriculture d’Occitanie, premier secteur d’emploi de notre région, cela contribue à relever le défi majeur de la formation des futurs agriculteurs et salariés »

Denis Carretier, président de la Chambre Régionale d’Agriculture d’Occitanie.

 

«La réussite de notre plan pour l’apprentissage repose sur un principe fort : la fédération de tous les acteurs au sein d’une équipe pilotée par le Conseil Régional dans le cadre du Plan Régional de Développement de l’Apprentissage (PRDA). C’est ce que nous permettra de relever le double challenge de l’emploi de nos jeunes et de la croissance avec une entreprise au coeur des territoires ainsi dotée d’un personnel mieux qualifié et mieux préparé à la vie dans l’entreprise ”

Alain Di Crescenzo, président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de région Occitanie.

 

  • Les courriers des chambres consulaires et de la Fédération française du bâtiment:

CCIR Occitanie courrier soutien Réforme apprentissage

Courrier_CRA_Occitanie

FFB occitanie courrier soutien

U2P soutien region Occitanie – reforme formation

Normandie: soutien des CFA à la Région

En Normandie, la totalité des Directeurs et Présidents des CFA ont apporté leur soutien plein et entier aux prises de positions de la Région Normandie et de Régions de France concernant la réforme de l’apprentissage, à l’occasion de leur Assemblée générale le 14 décembre 2017 au Havre.

«Si nous soutenons la volonté de révolution copernicienne souhaitée par la Ministre pour avoir davantage d’apprentis, nous condamnons et déplorons que cette révolution puisse devenir expérimentation hasardeuse. Nous n’avons à ce jour aucune garantie d’une gestion équilibrée par les branches professionnelles”, ont déclaré les dirigeants des CFA normands.

Les Directeurs et Présidents des CFA ont rappelé qu’un pilotage régional garantit que l’apprentissage reste équitable et dynamique partout sur le territoire, et que tous les apprentis bénéficient du même traitement pour un même niveau de diplôme.

Ainsi, une politique qui consisterait à confier la gouvernance de l’apprentissage aux seules branches couperait l’apprentissage en deux, freinerait son développement et empêcherait toute péréquation globale, seul gage pour éviter la création d’un système à plusieurs vitesses.

Vice-président de la Région Normandie en charge de la formation et de l’apprentissage, et Président de la Commission emploi, formation professionnelle et apprentissage de Régions de France, David Margueritte a illustré par un exemple précis les conséquences du retrait d’un pilotage régional de l’apprentissage: le financement d’un nouveau CFA de la Chambre des Métiers au Havre (estimé à un financement régional de 10 millions d’euros) est actuellement ajourné, dans l’attente du projet de loi gouvernemental prévu début avril.

“Les Régions refusent de gérer les seuls investissements des CFA et ont vocation à piloter entièrement la politique de l’apprentissage en associant davantage les branches professionnelles, notamment dans le choix des formations”, a expliqué David Margueritte.

Et à l’occasion d’une visite du CFA-BTP de Caen le 11 décembre 2017, les Branches du Bâtiment et des Travaux Publics de Normandie ont pris une position commune sur la réforme de l’apprentissage en rappelant l’impérieuse nécessité d’un pilotage public régional de l’apprentissage en associant étroitement les branches professionnelles.

Des chiffres en augmentation

Enfin, la Région et la CCI Caen Normandie ont signé, vendredi 22 décembre, une nouvelle convention liant l’ICEP-CFA de Caen et la Région Normandie pour les cinq prochaines années. La nouvelle politique régionale en faveur de l’apprentissage porte ses fruits. Au 15 décembre 2017, on comptait 23 492 apprentis  en Normandie contre 22 447 au 31 décembre 2016, soit 1 045 apprentis en plus. L’objectif des 1 000 apprentis en plus à la rentrée 2017 a été atteint, ce qui représente une augmentation d’environ + 5 %.

Pays de la Loire: + 11% en deux ans

Pour la première fois depuis 10 ans, le nombre de Ligériens en apprentissage a dépassé la barre des 30 000. Les années 2016 et 2017 ont permis d’inverser la courbe et d’augmenter de 11 % le nombre d’apprentis. Cette progression concerne tous les départements et tous les niveaux de formation (de CAP à bac + 5). Elle est le fruit du Plan de relance initié par la Région depuis près de deux ans.

 

Partager cet article :

About emmanuel georges picot

  • Email

Ajouter un commentaire

Champ requis *