mercredi 23 août 2017
15 juin 2017

Etude: le crédit aux collectivités locales à l’heure de la digitalisation

capture-decran-2017-06-15-a-16-10-01Dans une étude conjointe publiée le 15 juin 2017, Régions de France et Finance Active analysent les mouvements en œuvre autour de la digitalisation du crédit, notamment auprès des collectivités territoriales.

Pour comprendre et anticiper les transformations que cette question engendre, cette étude pose un regard sur toutes les tendances qui se dessinent, commente les comportements des nouveaux entrants, ceux des acteurs en place et décrypte aussi les incertitudes que cela comporte.

 Le monde du crédit est aujourd’hui progressivement envahi par la digitalisation et ce pour trois raisons principales : l’opacité et les inefficiences des marchés existants ; la réduction des asymétries d’information et la nécessité de s’imposer sur de nouveaux marchés.

En effet, les plateformes digitales de prêt et la création d’outils partagés permettent une mise en réseau qui amène à une mutualisation et une gestion plus efficiente. Pour que ce soit optimal, la digitalisation du marché du crédit doit bénéficier aux emprunteurs en facilitant l’accès au marché, en réduisant les coûts en diminuant les délais tout en renforçant la collaboration, le partage d’information et la transparence.

La digitalisation sur le marché du crédit n’est pourtant pas sans risque, notamment sur la sécurité des données. Leur exploitation représente un enjeu majeur. C’est pourquoi des témoignages et des interviews accompagnent cette étude afin de présenter notamment les implications juridiques autour de la question de la digitalisation du crédit ou encore des exemples de modèles de plateformes existants et comment ils font face aux défis technologiques et réglementaires.

Toutes les banques travaillent aujourd’hui au « 100% digital », sur un marché où les collectivités apparaissent de plus en plus avancées dans la dématérialisation. La dernière étape vers ce processus est aussi la plus complexe à traiter : c’est la signature du contrat de prêt. Si les outils juridiques existent désormais, il reste nécessaire d’englober toutes les étapes du processus, notamment en lien avec les services de l’Etat pour un « crédit bancaire 100% digital ».

Malgré ce tournant, il apparaît que cette transformation du paysage du crédit aux collectivités se fait sans innovation technologique majeure, et ce malgré l’ « effervescence » des Fintech. L’idée serait ainsi de se tourner vers le modèle du crowdfunding / financement participatif ou encore les plateformes ouvertes aux investisseurs institutionnels pour dessiner les perspectives afin de compléter les sources de financement actuel.

Telecharger l’etude

Le communique de presse

Partager cet article :
Tags:

About emmanuel georges picot

  • Email

Ajouter un commentaire

Champ requis *